jeudi 22 mai 2008

Témoignage sur You pengxi, Guo lianyin et Han xingyuan (suite et fin)


...Pendant mes années sous la direction de You pengxi, j'avais un entrainement quotidien avec lui le matin, j'ai appris d'autres aspects du yiquan et du qigong. En fait, pour résumer, avec maître Guo lianyin, c'était essentiellement du taijiquan, du bagua et un peu de xingyi. Avec maître Han xingyuan, c'était 95 % de xingyi et avec maître You pengxi, c'était 10 % de xingyi et puis du qigong et de l'émission de force (fajing). Malheureusement et par la plus triste des coincidences, mes trois maîtres sont décédés la même année, en 1984. L'un en février, l'autre en avril et le troisième en juillet. Je n'ai donc pas pu étudier très longtemps avec You pengxi.





Docteur You pengxi, disciple de Wang xiangzhai, aux Etats-unis




Une autre chose que j'ignorais et que j'ai appris plus tard était que mes trois maîtres étaient frères de pratique : Tous les trois avaient été disciple de Wang xiangzhai...

...Je me souviens qu'au tout début de ma pratique, un jour, alors que je sortais du studio ou nous nous entrainions, je me heurtais par mégarde contre maître Guo qui venais vers moi. Je lui suis rentré dedans et là, BAM ! Je me suis retrouvé 3 mètres en arrière. Je me suis dit que ce vieil homme était bien costaud, j'avais eu l'impression de heurter un roc. A l'époque, je débutais et je n'avais pas compris que cela venait du neigong. J'avais eu l'impression de rebondir comme un ballon de basket. Plus tard, j'ai ressenti la même chose lorsque maître Han me projetait.






Guo lianyin, démontrant le baguazhang aux Etats-unis





Par rapport à l'enseignement du professeur You pengxi, je ne veux faire aucune comparaison avec mes deux autres maîtres. Mais, tout d'abord, il avait créé sa propre école, le kongjing. La première fois que je l'ai vu pratiquer, je me suis un peu demandé ce qu'il faisait. Il bougeait juste ses mains comme des vagues sans la toucher et madame You partait en arrière comme une balle qui rebondi. Au début de son enseignement, il ne s'agissait que de posture statiques quotidiennes pour faire descendre notre qi, puis il nous enseigna progressivement comment faire les fajing et comment rebondir comme un ballon de basket et s'éjectant de façon à ne pas partir en déséquilibre lorsque l'on était projeté, et ce, afin d'éviter de se faire mal en tombant à terre...




Démonstration de kongjing par Cheuk fung et ses élèves






...Lorsque l'on poussait professeur ou madame You, la plupart du temps, on sentait notre énergie s'en aller et on se sentait alors très affaibli. Mais parfois, lorsqu'on parvenait à les pousser, on se retrouvait soudainement dans les airs. La première fois que j'ai essayé de pousser madame You, elle était debout au bord d'une estrade d'un mètre de haut, je lui ai dit que j'allais la faire tomber de l'estrade en poussant et elle m'a répondu "pas grave, viens ! " Je me suis retrouvé face à un bloc et, finalement, lorsque je décidais d'y mettre toute mon énergie, je me suis fait projeter en arrière sans qu'elle n'ai bougé d'un pouce ! Et avec maître You, c'était pareil mais en beaucoup plus fort."





Henry Look, disciple de You pengxi, Han xingyuan et Guo lianyin