dimanche 25 mai 2008

Doujing, le tremblement pour exprimer la puissance

Le doujing, le jing "des tremblements", est une caractéristique du Taijiquan, notamment du style chen, mais ausi de la forme ancienne de Yang luchan. Cette expression de la force est impossible à imiter et ne surgit que lorsque le mouvement est juste, incluant le corps mais également l'esprit. Plutôt que tremblement, certains parlent du doujing en terme de vibration.





Le maître Wang bo démontre l'ancienne forme du style Yang, son doujing est particulièrement marqué




Souvent considéré comme une expression de "l'énergie interne" dans l'art martial chinois, le doujing n'est pas issu d'une contraction excessive des muscles et des tendons de manière locale, comme il semble l'être au premier abord. Il s'agit en fait plutôt de l'opposé : Une décontraction totale des muscles volontaires sur l'ensemble du corps est à l'origine de cette vibration qui n'est donc pas issu du système nerveux volontaire.

L'art martial chinois préconise l'utilisation du squelette et des muscles qui lui sont proches. Cette musculature du maintient posturale est connecté au système nerveux involontaire (inconscient) et n'est que partiellement utilisée pour les mouvements. Or, dans l'art martial chinois, un mouvement juste s'appuie presque essentiellement sur cette musculature posturale et involontaire. Le travail de l'esprit permettant de "l'isoler" par le relachement des muscles volontaires.






Taijiquan par madame Chen liqing, doujing particulièrement impressionnant





On peut donc dire de ce phénomène vibratoire qu'il est issu d'un relâchement totale de la musculature volontaire et d'une contaction maximum des muscles involontaires par la posture juste. Les muscles posturaux, qui sont proches de l'os, se mettraient-ils alors à vibrer, comme lorsque l'on contracte excessivement les tendons de l'avant bras ?

Ce phénomène de vibration n'est pas l'appanage des pratiquants de taijiquan mais de toute école de l'art martial. On peut l'observer dans de nombreuses autres écoles comme le xingyiquan, le hequan, le sanhuang paochui, le tongbeiquan, le taizu changquan et bien d'autres écoles traditionnelles.




Démonstration de xingyiquan de la branche de Song shirong, notez le doujing lors des fali



Le doujing est impossible à imiter, il est le résultat d'un mouvement juste issu d'une coordination correcte des différents segments du corps et de l'esprit accompagné d'un parfait relâchement.