lundi 28 avril 2008

A la recherche des origines (suite)

Selon Wang xiangzhai dans l'interview qu'il donna au quotidien du peuple, le caractère chinois désignant la boxe prendrait tout son sens dans l'expression chinoise "quanquan fuying" (拳拳服膺) qui signifie "avoir une confiance sincère" ou "garder sincèrement dans son coeur".

Dans cette expression, quanquan ( 拳拳) symbolise l'action de fermer le ou les poings et désigne l'idée de la sincérité, de la détermination. Fuying (服膺) symbolise l'idée d'envelopper dans sa poitrine, de garder dans son coeur.

Une autre traduction de cette même expression, au sens beaucoup plus littérale, serait "la véritable boxe se trouve dans notre coeur", ce qui traduit l'idée que l'art martial ne doit pas s'attacher à la forme extérieure mais plutot à l'intention qui l'anime.




Calligraphie de 7 expressions traditionnelles par Wang xiangzhai






Une célèbre calligraphie du fondateur du dachengquan cite sept expressions traditionnelles qui lui tenaient particulièrement à coeur :

Zhongxiao ren'ai (忠孝仁爱), Xinyi heping ( 信义和平), Quanquan fuying (拳拳服膺), Yiquan zhengzong ( 意拳正宗), Duanlian shenti (锻炼身体), Hongyang guocui (弘扬国粹), Zhenxing zhonghua ( 振兴中华).

La traduction de ces phrases en 4 caractères pourrait être la suivante :

Respecter les anciens et se montrer charitable, être loyale et pacifique, être sincère dans son coeur, (telle est) l'école orthodoxe (ancestrale) du yiquan, (qui permet de ) forger (entrainer) son corps, (pour que) le meilleur du pays se développe et s'étende, (afin de) revivifier la nation chinoise.

"Etre sincère en son coeur" (quanquan fuying) est une qualité humaine dépassant de loin la pratique de l'art martial. Et pourtant, cette expression, prise à un sens plus figuré, n'est autre que l'enseignement de Wang xiangzhai quand à l'utilisation de l'intention au sein de la pratique.

Le caractère désignant l'intention en chinois, figure un homme debout (entre ciel et sol) sur une bouche, le tout reposant sur un coeur. Sa signification ancienne étant la possibilité qu'à l'homme de formuler (représenté par la bouche) le matériel et l'immatériel (homme entre ciel et sol) de manière affective (le coeur).



Le caractère Yi dans sa représentation ancienne (calligraphie de l'auteur)



Le fondateur du yiquan / dachengquan avait pour habitude de dire que l'intention était le général et la force son soldat.

Ainsi l'intention (Yi) vient du coeur (Xin) et commande l'énergie (Qi), qui dirige la force (Li).

Ceci correspond aux trois autres des six harmonies (liuhe), soit les trois harmonies internes.