dimanche 6 avril 2008

Zaichui, une technique spécifique au Yiquan ?

Les mouvements techniques pratiqué en Yiquan relativement peu nombreux. Ils sont inscrit dans un ensemble de principes biomécaniques et psychomorphologiques, dont l'apprentissage se fait par les exercices de base (jibengong) que sont Zhanzhuang, shili, mocabu, fali...(les sept portes)

La plupart de ces "techniques martiales" proviennent d'écoles bien connues comme le xingyiquan, le xinyiliuhequan, le baguazhang et le taijiquan.

Parmis ces techniques, zaichui ou zaiquan, qui signifie coup de poing ou "martèlement" vers le bas : le caractère zai fait référence au mouvement de planter quelque chose et chui signifie frapper avec un marteau.




Le "martèlement vers le bas" du yiquan : zaichui




Cette technique, comparable au crochet de la boxe anglaise, possède tout de même ses propres caractéristiques : Une direction et un point d'application précis de la force lui confère son "efficacité optimum".
D'autres caractéristiques le différencie du crochet, notamment l'utilisation des deux mains simultanément : une main pare et "accroche" l'adversaire, l'autre le frappe dans son déséquilibre.





Sur cette première action, de thyson sur botha, un crochet en tous points semblable à zaichui



zaichui est une technique caractéristique du Yiquan. Elle se rapproche d'une des trois anciennes paumes du baguazhang (laosanzhang), la "paume qui frappe en s'effondrant" (tazhang).





zaichui en reculant




Tazhang étant quasiement la même technique si ce n'est que la frappe se fait avec la paume et non avec le poing.





Tazhang en reculant




Dans l'action de parer en tirant l'adversaire à soi, le déplacement prend une importance toute particulière. On retrouve cette forme de contrôle sur le côté en tirant et déviant lors de la pratique de l'exercice du tuishou à deux mains du yiquan. Le pas, qu'il se fasse en avançant ou en reculant, s'effectue à 45 degrés en dehors de la ligne adverse pendant qu'un bras dévie et tire à l'extérieur, ce qui permet de libérer l'autre main, laquelle s'abat alors sur le sternum de l'adversaire, dans un angle de 45 degrés dirigé vers le bas. Cette direction correspond au "point faible" adverse : étant tiré vers l'avant, il aura pour réflexe naturel de résister à cette traction et "videra" sa force d'appui arrière.

Comme sur la vidéo précédente, il sera touché en plein déséquilibre, décuplant l'impacte...



Yao zongxun, travail du zaichui



Cette technique se travaille sous la forme d'un shili circulaire extérieur. La main qui ramène à soi peut utiliser la force de tirer ou bien celle de pousser mais doit impérativement venir protéger le centre. Le zhanzhuang permettant de travailler ces forces étant plutôt celui de "tenir des ballons, paumes vers le bas".