vendredi 21 mars 2008

Dachengquan et longévité

Alors que l'instigateur du Dachengquan avait toujours insisté sur l'importance de cultiver son "patrimoine santé" (yangsheng), dont il considérait qu'il s'agissait d'une des trois raisons de pratiquer l'art martial, on peut constater aujourd'hui le fruit de son enseignement sur sa succession.

Parmis ses disciples proches, la liste des personnes encore de ce monde est difficile à établir, néanmoins on peut toujours citer Wang yufang, Li jianyu ainsi que Mi jingke et Zhao huafang agés respectivement de 83, 86, 95 et 93 ans.

Certains élève de Wang xiangzhai ont quittés ce monde à des ages avancés, comme Han xiangqiao, en 2004 à l'age de 96 ans ainsi que Ning dazhuang à 99 ans, Ma jiliang à 90 ans, Zhang changxin à 88 ans et Yuan jingqing à 102 ans...



Madame Mi jingke, posture maodun à plus de 90 ans





Qu'ils furent disciples de Wang xingzhai pour l'art martial ou pour l'art de cultiver sa santé, tous enseignèrent de la même façon :

Les postures du zhanzhuanggong les plus simples sont abordées dans un premier temps. Elles permettent d'apprendre à travailler sur les différentes sensations et à développer le jing dit "du ciel antérieur". C'est à dire développer une force naturelle, générée par l'ensemble du corps en coordination avec le système nerveux.

Cette première étape est, avec celle du shili, la plus importante pour les personnes souhaitant cultiver leur santé.



Ning dazhuang, disciple de wang xiangzhai, décéda à l'age de 99 ans





Certains disciples de Wang xiangzhai se sont concentré essentiellement sur l'aspect thérapeutique du yiquan. C'est le cas pour sa fille Wang yufang qui developpa un enchainement de 12 formes d'exercices, basés sur les effets du shili et du fali, à pratiquer en plus du zhanzhuang et dont les bénéfices sur la santé sont certains.




Wang yufang exécute différents shili



La recherche de la longévité était une préocupation majeure des écoles de pratique du souffle d'inspiration Taoiste. Dans la version chinoise de l'alchimie, l'élaboration de "l'élixir de longue vie" ne passe pas par la découverte de la pierre philosophale, mais par la transformation du "cinabre interne" (dantian signifie en chinois "champs de cinabre"). On peut simplifier l'explication sur ces pratiques en disant qu'elles consistent en la recherche d'un "retour au ciel antérieur". C'est à dire le retour au fonctionnement physiologique du corps humain en mode embryonaire !!!

La pratique du zhanzhuang, bien que n'étant pas une pratique de l'alchimie taoiste, consiste également en un travail sur "le retour au ciel antérieur", ce qui pourrait être une explication à la longévité de certains pratiquants de Yiquan.



Ma jiliang, disciple de Wang xiangzhai, décédé à l'age de 90 ans



D'un point de vue plus scientifique, disons plutot que le travail postural permet d'entretenir les différents muscles et tendons sans les abimer par une pratique violente, donc en étant praticable à tout age.

Qu'il permet également une activation de la circulation sanguine et une stimulation des différents systèmes nerveux.

En outre, de par le type de posture adopté, un étirement des différents segments de la colonne vertébrale provoque un allègement des pressions exercées sur les disques et les nerfs spinaux, dont l'action se répercute sur tous les organes internes. Lesquels subissent un massage par la monté et descente du diaphragme, ce qui fera à nouveau circuler le sang résiduel y stagnant habituellement.

Et, finalement, la recherche de "l'oublie de soi" permet la production d'onde alpha par le cerveau.

Rien de vraiment extraordinaire en fin de compte...