samedi 25 octobre 2008

La forme du corps et l'intention du coeur

Dans le yiquan, l'accent est mis sur l'apprentissage et l'utilisation de la force. Celle-ci est issue d'une utilisation correcte du corps et de l'esprit. Le pratiquant passe par un long travail d'introspection qui doit lui permettre de trouver le mouvement juste ainsi que l'esprit juste. Cette introspection ou "recherche en sensation" passe par le développement d'une certaine sensibilité et de l'intuition. Elle était anciennement traduite par le terme "xinyi" (l'expression du coeur).




Li qingshan, du xinyiliuhequan, démontrant comment encaisser les coups par le corps uni




La boxe xinyi, ou xinyiliuhequan, fut l'école sur laquelle s'appuya Li luoneng pour fonder son xingyiquan. Certains pensent qu'il changea les caractères en "forme et intention" par une erreur d'interprétation due au fort accent du Shanxi de ses maîtres. Mais lorsque l'on regarde de plus près les éléments techniques de ces deux boxes, on s'apperçoit que le xingyiquan est une version épurée du xinyiquan. Li luoneng n'avait probablement pas eu la possibilité de recevoir une transmission complète de cette boxe : ses maîtres l'enseignaient essentiellement à leur clan et avaient fait une exception à son égard.

En revanche le sens du terme "xingyi" (forme et intention) évoque un principe fondamental utilisé en yiquan : L'interaction du corps et de l'esprit. L'idée du xingyiquan étant de "rechercher la forme par l'intention et trouver l'intention par la forme juste"...

Ce principe d'interaction corps-esprit est celui qui permit de mettre en place tout le protocole thérapeutique des postures de l'arbre (zhanzhuanggong). Il est également un des principes fondamental et fondateur de la médecine traditionnelle chinoise. Car si l'on sait que l'état d'esprit a des répercussions sur le corps physique, on ignore souvent que le positionnement du corps influence également l'esprit.




Points "shu" d'accupuncture, les points ayant une action directe sur les organes internes





Les ostéopathes et chiropracteurs expérimentés savent, eux aussi, que la posturologie permet d'agir sur les différents organes par l'intermédiaire de la colonne vertébrale à laquelle ils sont reliés (chaque organe est "accroché" à la colonne vertébrale par l'intermédiaire de petites "poches"). Et que ces mêmes organes physiques, lorsqu'ils sont en tensions, influences les humeurs de différentes manières...

Ces deux domaines d'actions du pratiquant que sont le corps et l'esprit sont traditionnellement nommé en Chine travail "externe" et "interne" (waigong / neigong). Ces deux champs d'actions existent dans toute école traditionnelle de l'art martial chinoise et à chaque étapes de l'apprentissage.

Les techniques propres à une écoles relèvent de la forme du corps d'un pratiquant. Celle-ci est acquise par le travail des bases mais un apprentissage de ces techniques est nécessaire.

Les techniques de l'école xinyiliuhequan sont extrêmement nombreuses et variées alors que les techniques de l'école xingyiquan sont moins nombreuses, plus courtes et ramassées.



Applications de techniques du xingyiquan par Luo dexiu




Les techniques du yiquan proviendraient plutot de l'école xinyiliuhequan, Wang xiangzhai ayant effectué un travail de retour aux sources du xingyi qu'il tenait de son premier maître, le légendaire Guo yunshen.



Techniques et applications pratiques de l'école xinyiliuhequan



Parmis les autres experts de l'art martial avec lesquel il étudia se trouvaient plusieurs experts de xinyiliuhequan (entre autres). Et, dans son premier ouvrage (yiquan zhengui, les véritables principes du yiquan) Wang xiangzhai parle à cette époque du yiquan en expliquant qu'il est également nommé xinyiquan...