samedi 28 mai 2011

Yiquan ou dachengquan ?

Ayant noté une grande confusion chez certains pratiquants de la boxe créée par le maître Wang xiangzhai, je me dois aujourd'hui de donner certains éléments qui pourront éclairer les lecteurs de ce blog sur les différentes erreurs que l'on peut entendre ci et là...

Lorsqu'il commença à enseigner, dans les années 20, le maître Wang xiangzhai avait déjà basé son travail sur la pratique du zhanzhuang. Cet exercice, qu'il disait avoir appris avec Guo yunshen permettait de travailler l'aspect intérieur, caché (l'intention / l'esprit) aussi bien qu'extérieur (la forme / le corps), selon l'adage du xingyiquan "以形取意、以意取形,形意合一" (Chercher la forme extérieure par l'intention, chercher l'intention par l'attitude extérieure, unir forme et intention ). A cette époque, le maître Wang décide de nommer sa boxe Yiquan, car ce nom était également utilisé pour désigner le xingyiquan (entre autres par le mâitre Li cunyi...)




Zhou ziyan, le premier disciple officiel de Wang xiangzhai




Puis, dans un soucis de se perfectionner et de comprendre mieux l'art martial chinois, Wang xiangzhai entreprend un périple sur plusieurs années dans le but de rencontrer des experts qui pourront le faire progresser. Il rencontre alors des maîtres aux pratiques différentes mais s'efforce d'en rassembler les points similaires et les grandes lignes universelles. L'enseignement qu'il entreprend à son retour est quelque peu différent et fera sa renommé, au point que dans les années 40, un de ses élèves et admirateur (Zhang yuheng) parlera de sa boxe en utilisant l'appellation "dachengquan" dans un article de presse.




L'article de Zhang bi (zhang yuheng) nommant la boxe de Wang xiangzhai "Dachengquan"





Le terme "Dacheng" vient du taoïsme. Il désigne l'ultime stade de réalisation qu'un l'homme peut accomplir par sa pratique. En l'occurrence, le journaliste voulait ainsi souligner le haut niveau de réalisation de son maître et lui rendre hommage à sa façon...

Ainsi, ne pouvant faire autrement que d'accepter ce nom (article paru dans le quotidien de Pékin), tous les disciples de Wang xiangzhai l'utiliseront pendant plusieurs années et c'est sous ce nom que se fera véritablement connaitre l'enseignement du maître. Dans un de ses écrits, le fondateur du yiquan / dachengquan, en référence à l'expression populaire "拳拳服膺" (la véritable boxe est dans le coeur) écrira d'ailleurs "la boxe qui prend racine dans notre coeur a pour nom grand accomplissement".
Puis, les années passant, la Chine va connaitre des périodes difficiles qui nuiront particulièrement à l'art martial traditionnel. La pratique n'étant pas véritablement nommée en ces périodes de répression, le maître Wang xiangzhai finira par parler de son enseignement à ses élèves en utilisant l'expression "la boxe que nous pratiquons" !







Vidéo intitulé "le jianwu du dachengquan par le maître Han qiao"






A la mort du maître, lorsque la première association à la mémoire de Wang xiangzhai sera fondé, le président Yao zongxun décidera d'utiliser le nom de yiquan, moins présomptueux et fidèle à l'idée de cette pratique.

En revanche, un certain nombre de pratiquants ayant suivi l'enseignement de Wang xiangzhai décideront de conserver le nom de dachengquan, en mémoire de leur défunt maître, tout comme le fit en son temps le maître Wang xuanjie. Le dachengquan qu'il enseignait était teinté de baguazhang et de xingyiquan, pratiques apprises auprès de ses premiers maîtres Li yongzong et Yang demao, mais restait fidèle à l'idée de Wang xiangzhai. De nos jours, les maîtres Mi jingke, Guo guizhi, Chang zhilang continuent d'ailleurs d'utiliser le nom de Dachengquan...

Ce qui fit la renommée des maîtres Wang xiangzhai ou bien Yao zongxun et Wang xuanjie, c'était leur niveau de réalisation (gongfu) et non leur façon de pratiquer...